mercredi, février 22, 2006

Dérapa§e Comix

Derapa§e comix, c'est des petits fanzines auto-édités à découvrir de tout urgence! Le premier fanzine nous parlait de black-métal et de kung-fu ("Black & Yellow"), le second d'assassinats de pigeons ("Pigeons"). Le troisième qui sort ces jours-ci en librairie (à Bruxelles et à Besançon, 3 euros) se déroule dans le monde fabuleux du Far West ("l'Ouest est trop à l'Ouest"). Si vous ne connaissez pas, il faut aller très vite sur le site de Dérapa§e Comix où sont disponible les deux premiers fanzines. Ca faisait longtemps que je voulais interviewer Marshall Joe et Dampremy Jack, les auteurs de Dérapa§e Comix. C'est maintenant chose faite.

Nis - Pour commencer, un peu d’histoire. Je crois que Marshall a commencé les comix tout seul avec Marshall Joe Comix. Comment s’est fait la rencontre avec Dampremy ? Marshall, tu avais besoin d’un scénariste ?

Marshall Joe - J’ai effectivement commencé tout seul il y a un peu plus d’un an. Je voulais faire des histoires assez légères et bien déconnantes. Ces histoires je les ai fait photocopier à 10 exemplaires et distribuées à mes amis. J’avais appelé ça « Marshall Joe Comix ». Il se fait que dans mes amis il y avait un certain « Dampremy Jack » qui a été immédiatement emballé par le truc. Graphiquement ça le bottait bien et ça le faisait aussi bien marrer. Il s’est permis de me faire 2-3 remarques qui étaient judicieuses et de fil en aiguille, il s’est retrouvé dans le « projet ». On a alors décidé de rebaptiser l’affaire en « dérapa§e comix ». C’est certain que Dampremy est plus à l’aise que moi dans la mise en mots d’une BD. Je pense qu’on avait tout à gagner de cette association.

Dampremy Jack - Au début, c’était surtout un boulot de mercenaire. Marshall m’avait demandé de reprendre un scénario déjà écrit et de voir si je pouvais l’améliorer. Au final, c’était peut-être pas forcément meilleur mais on s’était bien marré et j’y avais pris goût.

Nis - Votre méthode de travail à deux se passe comment ? Dampremy fait les scénarios et puis après Marshall les dessine ou c’est plus compliqué que ça ?

Marshall Joe
- C’est un peu plus compliqué que ça. Parfois je viens d’abord avec une idée assez vague et Dampremy la pousse plus loin et la peaufine. Après l’idée revient chez moi et je la mets en image.
Parfois, et c’est le cas ces derniers temps, on fait de plus en plus le contraire… Je dessine des planches muettes dans lesquelles je place des phylactères vides et après Dampremy n’a qu’à tirer son plan et me trouver un truc à raconter dans l’espace que je lui ai réservé. C’est assez amusant comme méthode. Pas logique du tout mais très surprenant.

Dampremy Jack
- C’est même carrément tordu ! Le fait de bosser sur une page qui est déjà totalement pré-établie point de vue graphique, ça tourne parfois à l’exercice de style mais cette manière de fonctionner me convient bien. Le style de Marshall est très spécial et il ne permet pas toujours d’écrire tout et n’importe quoi. C’est donc plus cohérent que le « dessin » vienne avant le scénario. En tout cas, sur les histoires « courtes » de 3-4 planches.

Nis
- Ce qui marque dans derapa§e comix, c’est le graphisme très particulier entièrement fait sur ordinateur. Marshall, tu peux nous expliquer la technique que tu emploies ? C’est parce que tu ne sais pas dessiner ?

Marshall Joe - Je dessine tout en vectoriel sur Illustrator et je viens mettre après quelques éléments de décor en Photoshop. Il est vrai que je ne sais pas dessiner avec une feuille et un crayon. Je n’ai d’ailleurs jamais vraiment essayé. Je voulais créer un univers graphique qui m’est propre et illustrator m’a permis cela. Il y a aussi une question de facilité et de production. Ces programmes permettent le copier/coller, et je garde tout dans une « banque d’image ».Tout est donc réutilisable. Ce qui fait que je peux avancer très vite, au rythme des idées de Dampremy. Je ne vois pas pourquoi la bande dessinée serait réservée aux gens qui savent dessiner. En mettant en place un univers graphique non lié au geste, je peux aussi faire de la narration séquentielle. Je me sers des outils mis à ma disposition et j’ai la chance que ces outils soient numériques et pallient à beaucoup de mes carences. Après, peut-être que je flirte dangereusement avec le roman-photo ? Mais la prochaine révolution dans le monde de la bd est « numérique » ; pour la diffusion et pour la réalisation ! Puis, ce système permet aussi que Dampremy dessine ses propres histoires sans que personne ne voie la différence, ce qui est fort pratique quand je pars en vacances !



Nis
- Et au niveau du scénar ? les influences, c’est quoi ? Des trucs comme le Ferraille Illustré ?

Dampremy Jack - Il y en a pas mal parce que je me laisse facilement influencé. C’est vrai qu’un type comme Winschluss me fascine complètement. J’aime bien l’idée de ne jamais rien respecter, de n’avoir aucune limite. Je peux aussi citer Trondheim et Sfar, les grands raconteurs d’histoire, quoi. Je n’arrive pas à faire ce qu’ils font mais ils m’influencent dans le sens où ils me donnent envie de le faire. Et puis, quand on a fait « Les sauveurs de la Terre », cette sorte de feuilleton, je pensais à Tardi sur les Adèle. Ce truc de repousser sans cesse la fin parce qu’en vrai, on n’a aucune idée de ce qu’on va raconter dans les dix prochaines pages. Tardi est très fort quand il fait du feuilleton. Enfin, il est très fort tout court ! Mais bon, restons sérieux, je suis à des kilomètres de la qualité de ces gens-là mais je peux dire qu’ils m’influencent dans le sens où ils me donnent envie d’écrire des scenarii.

Nis - Apparemment, Pigeon est basé sur une histoire autobiographique ?

Marshall Joe - Au début oui. Mais cette base est assez faible… Je ne pense pas qu’on ait des vies suffisamment captivantes et déconnantes pour faire de l’autobio pure.

Dampremy Jack - je dirais même que ça nous intéresse pas tellement d’ailleurs. On a besoin de dire des conneries grosses comme des maisons. Ca fait partie du cahier des charges de derapa§e comix.

Nis - Vous avez commencé par présenter vos bds sur un blog. Que pensez-vous de ce medium ? est-il adapté pour les bds ?

Marshall Joe - Ce qu’il y a de chouette – en principe- avec le blog, ce sont les commentaires. Je dis « en principe » parce que soit les gens n’en laissent pas (ce qui est notre cas), soit ils laissent de grosses conneries du genre « preums ! » ou : « moi aussi j’aime les crêpes » et on apprend pas vraiment à s’améliorer en lisant ce genre d’ânerie !
Sinon, je pense que le médium internet (blog – ou site) peut vraiment amener quelque chose à la bande dessinée. Peut-être que la nouvelle bd de 2015 sera une « bd numérique ». Peut-être qu’une réelle réflexion commence à s’articuler là-dessus et qu’on en a pas conscience. Mais soyons francs, pour l’instant les bd-bloggeurs font en général ce qu’ils pourraient faire sur du papier. C’est notre cas à nous aussi. Ce qui est sur le blog a d’abord été, ou sera, dans notre fanzine. Mais quand on voit ce que font des gens comme demian5, on ne doute pas un instant qu’il y a une réelle opportunité pour que la narration séquentielle soit « numérique ». Et puis, c’est franchement pas évident de laisser tomber ce lourd héritage du papier. Les grosses maisons d’édition n’ont pas l’air pressée de participer au phénomène. Leurs sites sont encore uniquement des moyens de communication, alors qu’ils pourraient être de fabuleux laboratoires.

Dampremy Jack - Les possibilités sont là. Certains les ont pointé du doigt mais peu osent s’y aventurer…



Nis
- Que pensez-vous des blogs bd en général ? C’est souvent de l’autobiographie inintéressante, non ?

Marshall Joe - Non. Pas toujours. Le travail fait par Everland avec son « journal d’un remplaçant » ou celui fait par l’employé du moi sont des travaux forts et intéressants.

Dampremy Jack - Tout à fait d’accord, le miniblog d’Everland exploite assez bien les possibilités dont on parlait.

Nis - Vous êtes maintenant à la parution de votre troisième fanzine papier. Le format blog ne suffisait plus ?

Marshall Joe - Notre but était, à la base de faire du fanzine papier. On s’est servi du blog pour avoir une motivation à la production et une certaine vitrine qui n’est pas dédaignable. Mais à la base on voulait faire un petit fanzine photocopié, agrafé, et distribué sous le manteau.

Dampremy Jack - On reste des amoureux du livre. On a grandi avec des BD dans les pattes, c’est logique qu’on ait eu envie d’avoir les nôtres en main à un moment donné. Mais le blog reste important parce qu’il demande une certaine régularité dans la production. Ca ne te laisse pas vraiment le choix, faut torcher les planches, quoi ! Et comme notre rythme de parution papier est plus ou moins mensuel, c’est aussi une façon de ne pas être trop à la bourre et de rester dans le bain…

Nis - Vos projets pour l’avenir c’est quoi ? Continuer votre comix sur le blog et/ou version papier ? diffuser votre fanzine papier plus largement ? aller chez les éditeurs ?

Marshall Joe - On va clairement continuer et le blog et le fanzine. On est qu’au tout début de ce qu’on voudrait faire avec dérapa§e comix. Je ne crois pas qu’on va augmenter le « tirage » des fanzines. Cette idée de faire un truc en petite quantité qui part très vite et se retrouve vite épuisé nous plait bien. Et comme tout est lisible gratos sur le blog c’est pas gênant. Sinon on aimerait ouvrir le même blog mais en Anglais. C’est un bon copain qui va s’y coller. Juste pour voir ce qu’ils en pensent de l’autre côté de l’océan. Puis en ce qui concerne les éditeurs on n’est pas trop pressé. On est toujours en phase d’apprentissage et il sera toujours temps d’y réfléchir quand on sera vraiment au point. Et pour ça, il y a encore un peu de boulot !

Dampremy Jack - C’est la question qui fâche (rires) ! Non, faut dire qu’on n’a pas tout à fait la même vision de « l’avenir ». Disons que je suis un peu plus pressé que Marshall ! Un album chez un petit éditeur ne me déplairait pas…

mercredi, février 08, 2006

Un interview avec peut-être le vrai Frantico


Plusieurs journaux, depuis le Grand Prix de Lewis Trondheim, ont annoncé que Lewis Trondheim serait l'auteur du Blog de Frantico. Voici par exemple l'article paru dans Télérama.
Le mystère Frantico semble être enfin dévoilé !

Enfin, pas sûr. Voici deux posts postés par Lewis Trondheim il y a quelques mois sur le forum des Murmures du Donjon

"C'est bien Boulet qui va reprendre Zénith.Avec un album par an et pour au moins 3 albums.[...] Et comme j'étais en contact avec Boulet qui m'avait demandé une Roxanne à Solliès-ville et que je harcelais pour connaitre le vrai nom de son copain Frantico (maintenant je le sais, ses initiales sont S. L. et son prénom, c'est pas François), celui-ci nous a vite répondu que Donjon était une des rares séries qu'il achetait. [...] lewis"
"Bien entendu, Frantico, ce n'est pas moi. Je sais bien que cette phrase ne convaincra pas les convaincus, mais si ça peut mettre un terme à ce débat inintéressant et assez vexant pour Frantico, soit-dit en passant. lewis"

S.L., ça pourrait être les initiales de Sébastien Lesage. Apparemment, il y aurait deux-trois trucs qui pourraient coller avec Frantico : c'est un jeune graphiste, pote d'école de Boulet, sa femme est Coréenne, ... Bref, voici son interview, l'interview du peut-être vrai Frantico ...

Nis - Pourquoi cacher l'identité de Frantico ?
Frantico - Quelle importance ?

Nis - Y aura-t-il un coming out officiel, un jour ?
Frantico - Je ne pense pas. Je n'ai pas le culte de la personnalité.

Nis - N'avez-vous pas marre de Lewis Trondheim qui fait semblant d'être Frantico ?
Frantico - Il a eu la gentillesse de ce prêter au jeu, et je crois qu'il s'amuse autant que moi.

Nis - Est-ce que Frantico est un personnage autobiographique ?
Frantico - A 70%, oui. 80%, même...

Nis - Avez-vous été influencé par des auteurs comme Trondheim ou Joe Matt ? Par d'autres ?
Frantico - Les deux, oui. Riad Sattouf, Chester Brown aussi. Mais j'aimerais avoir le talent d'un Crumb, et ça, je dessinerai mieux que lui uniquement à partir du jour où il sera mort.

Nis- Verra-t-on Frantico dans d'autres aventures?
Frantico - Je suis en train d'écrire un livre de fiction. Ça me prend pas mal de temps.

Nis - (je peux, si vous voulez, ne pas révéler votre identité dans le post).
Frantico - Ça n'a aucune importance. Tout le monde pense que c'est Trondheim.

Nis - Si c'est vraiment vous Frantico, merci pour cet album et ce blog que je suis depuis le début.
Frantico - Très bien, je passe le message à Trondheim. hu hu hu

Modification 09.02 : j'ai trouvé sur le site de Sébastien Lesage, une page intéressante
Seconde Modification 09.02 : Trondheim a dit sur le forum bulledair :"[...] Sinon, Sébastien est bien Frantico. : ) Enfin, je crois."

Troisième Modification 01.03 : Trondheim continue à bien s'amuser. Sur son nouveau site, "Le blog de Frantico" est présent dans sa bibliographie avec le commentaire suivant : "D'après la rumeur, j'aurais fait ce livre mais c'est pas vrai".