jeudi, janvier 05, 2006

David Vandermeulen : Fritz Haber


En guise de bilan de l'année, j'avais envie de dialoguer avec les auteurs qui ont fait les ouvrages qui ont marqué 2005. On commence par David Vandermeulen et son formidable premier tome de la biographie de Fritz Haber : L'esprit du temps. Le prochain post sera consacré à l'auteur italien Gipi.

Avant d'avoir lu "L'esprit du temps", je n'avais jamais entendu parler de Fritz Haber. Son histoire m'a fasciné. Fritz Haber, juif allemand né en 1868 et mort en 1934, est connu pour son prix Nobel de Chimie pour la mise au point d’une synthèse industrielle de l’ammoniac qui a permis la production massive d’engrais agricoles. Haber reçut son Nobel sous les huées du public : quelques années auparavant, il avait aussi inventé les gaz de combat pour l’armée allemande. Fritz Haber mis également au point le Zyklon B produit qui sera employé des années plus tard dans les chambres à gaz des camps d'extermination nazis.

Nis - L'histoire de Fritz Haber est assez fascinante (je suis moi-même chercheur). Comment l'avez-vous connue et qu'est-ce qui vous a poussé à faire une bd sur ce personnage ?

David Vandermeulen
- Je comprends très bien que vous puissiez être fasciné par l’histoire de Haber, je l’ai été un certain temps aussi. Mais ce n’est certainement pas sous la fascination que je me suis engagé à parler de Haber. Dès que je me suis penché un peu plus attentivement sur son cas, j’ai très vite compris que Haber n’était pas aussi atypique que ça. Sinon comment expliquer son parcours et surtout ses amitiés ? Dès que cette question m’est apparue, ma fascination première s’est assez naturellement modifiée en une sorte d’intérêt avide (ce qui est plus sain pour travailler un sujet aussi difficile). Ce n’est pas parce que j’ai appris que Fritz Haber a été le père de la guerre chimique, ni parce qu’il a inventé le gaz Zyklon B que je me suis décidé à raconter son histoire. Ce qui m’a motivé, c’est essayer de répondre à cette simple question : comment un salaud comme Fritz Haber – car, globalement, c’est surtout en tant que salaud que l’Histoire d’aujourd’hui nous renvoie la figure de Fritz Haber – comment un salaud déclaré comme tel s’est-il lié d’amitié avec des « Héros » tels que Einstein, Weizmann et, dans une moindre mesure, Rathenau ?

Nis - Vous vous êtes basé sur de nombreux ouvrages de référence pour cette bd. Avez-vous voulu être le plus fidèle possible à l' histoire de Fritz Haber ou bien avez-vous fait quelques modifications afin de faire passer des messages importants à vos yeux ?

David Vandermeulen - Oui, il y a en effet derrière mon travail une énorme application historique, j’essaie au mieux de respecter chaque événement, chaque lieu, chaque date. Mais bien sûr, ma biographie est orientée selon mes centres d’intérêt. Les quelques fictions qui existent déjà sur Fritz Haber (je n’en connais que trois à ce jour, toutes étrangères) mettent toutes l’accent sur la relation conflictuelle et tragique que Haber a entretenu avec sa femme Clara. Il est vrai que cette relation fut absolument dramatique et passionnelle, digne de servir un grand sujet d’opéra. Mais je n’en fais pas le centre de mon récit, ce qui m’intéresse plutôt, c’est l’environnement intellectuel qui a accompagné Haber. Ainsi, par exemple, la scène de la traversée atlantique où Haber et Rathenau se rencontrent est totalement imaginaire. Haber et Rathenau se sont bien rencontrés, mais probablement vers les années 1907, et à Berlin. Haber et Rathenau se sont effectivement rendus aux Etats-Unis en 1901, comme je le raconte, mais rien ne nous dit qu’ils se sont croisés là-bas ou durant une traversée. Quelques scènes procèdent ainsi, quand ce n’est pas véridique, il faut que cela reste plausible.



Nis - Certains lecteurs font le lien entre "l'esprit du temps" et le cinéma muet. Est-ce voulu ? Pourquoi placez-vous les phylactères en bas des cases ?

David Vandermeulen - Si les références au cinéma muet paraissent très présentes dans mon travail c’est avant tout parce que je reprends sur quelques pages des passages du Siegfried de Lang, qui date de 1924. Les cartons narratifs sont aussi des références directes, ils sont exactement copiés des films de Murnau. Mais en réalité, si l’on y regarde bien, les extraits du Siegfried et les cartons sont les seules véritables références au muet, le reste se passe dans les têtes. Quant aux sous-titres (vous nommez cela des phylactères mais ce n’en est pas, ce sont juste des sous-titres), il s’agit bien, pour le coup, d’une troisième référence cinématographique, plus moderne celle-là. Il s’agissait pour moi de confronter deux systèmes narratifs, l’un propre à l’époque de Haber, l’autre propre à notre temps ; c’est une façon subtile de ramener l’histoire de Haber jusqu’à nous.

Nis - Quels sont vos projets pour le moment ? Le nombre de tomes de Fritz Haber est-il déjà fixé (j'ai déjà vu des gens parlant de 3, 5 voire 9 tomes(à la librairie Brusel)). Comptez-vous encore explorer le medium de la bd en faisant des oeuvres complètement différentes (on peut dire que "Agrum comix" et "L'esprit du temps" sont assez différents) ?

David Vandermeulen - Fritz Haber occupe la totalité de mon temps et ce sera encore ainsi pendant cinq ou six ans. C’est un peu bizarre à dire, mais je dois avouer que je ne sais absolument pas en combien de pages je vais tomber, peut-être 600 ou 800, ou pourquoi pas 500… Je n’ai pas encore écrit la suite, je procède tome par tome. Cela me permet de ne pas devoir suivre une feuille de route, de ne pas me sentir coincé. J’ai besoin de garder près de moi cette idée que je peux modifier mon travail à tout moment.
Sinon, je ne sais absolument pas ce que je ferai après Haber. Les seuls projets qui vont sûrement voir le jour, c’est un Faust que j’écris pour Ambre et qui sortira courant 2006 chez 6 pieds sous terre, une suite à Littérature pour tous basée sur la science-fiction, à sortir également chez 6 pieds, et probablement un 6e Agrum Comix. Pour le reste, c’est tout.


Deux liens assez intéressant pour en connaître plus sur Fritz Haber
:

- Fritz Haber, David Vandermeulen : Le site assez bien fait et assez complet des Editions Delcourt. On y retrouve des informations à propos des personnages, des planches, ..
- Le site wikipedia sur Fritz Haber

Merci à David Vandermeulen pour avoir répondu à mes questions.

8 Comments:

At 8:03 PM, Anonymous Marshall said...

Merci Nis de nous avoir permis d'en savoir un peu plus sur cet ouvrage. C'est (malgré tout) une excellente initiative ce blog. Vivement la suite !

 
At 6:39 PM, Blogger Nicolas said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

 
At 6:46 PM, Blogger Nicolas said...

Salut Nis!

Je ne vois pas ce que David Vandermeulen trouve de consternant dans ton post... Faudra que tu m'expliques...
Aaargh... Gipi! Tu m'as devancé... On m'avait dit qu'il ne parlait pas bien anglais et que l'entretien serait donc difficile. J'ai hâte de lire ton post en tout cas. Il reste pour moi l'auteur révélation de 2005.
A+

 
At 12:37 AM, Blogger nis said...

Pour Gipi, j'ai posé les questions en anglais et il répondra en italien (quand il aura fini les 6 dernières pages d'un livre de la collection Ignatz. Lequel ? Je ne sais pas encore. Réponse dans quelques jours sur le blog). J'ai un pote qui parle courament italien qui me fera la traduc' (merci Paul).
"Tu m'as devancé" dis-tu. Je voudrais vérifier que l'existence de ce blog ne t'énerve pas. Une personne m'a dit qu'il trouvait que ce blog marchait un peu sur les plates-bandes du tien. Si ca t'énerve, n'hésite pas à me le dire. Je préfère qu'il n'y ait pas de problèmes entre nous.
Pour le post concernant, je préfère en parler plutot de vive voix une prochaine fois à la bulledor.
Et sinon, j'attends les mises-à-jour de ton blog avec impatience !

 
At 3:43 AM, Anonymous paul said...

De rien.
Ca me fait bien plaisir : je serai le premier à lire l'interview !

 
At 2:46 PM, Blogger Nicolas said...

Euh... non, non! Ca ne m'énerve pas. Je crois t'avoir laissé un commentaire assez positif dans tes premiers posts. Nous avons le même objectif: faire avancer le Schmilblick du Neuvième Art. Tu as raison de dire que quatre sites pour parler du bouquin d'Anders Nilsen est insuffisant! Pas de soucis donc. Surtout qu'un jour je ferai un entretien avec Gipi (j'en ai trop envie). Ce n'est pas ton entretien (ni le mien, ni aucun autre) qui rendra impossible de nouvelles questions et de nouvelles approches. La seule chose, c'est qu'on devrait éviter de faire en même temps l'interview du même auteur. C'est plutôt l'auteur que ca pourrait agacer d'avoir à répondre le même mois à deux bloggeurs bruxellois... Je vais donc t'envoyer la liste des auteurs sur lesquels je travaille (et j'attends la tienne) comme ça on évitera de prendre trop de temps au même auteur.
Je comprends pour le fameux post. A bientôt à la boutique alors. Et continue ton blog!!! Et je vais tenter de trouver du temps pour le mien...

 
At 9:08 AM, Anonymous dampremy jack said...

Un peu court mais vraiment très intéressant!

 
At 5:09 AM, Anonymous Anonyme said...

tres interessant, merci

 

Enregistrer un commentaire

<< Home